IMG 8819 1024x682 Prix national des architectures en terre crue

IMG 8785 1024x682 Prix national des architectures en terre crue

IMG 7135 e1415617982508 768x1024 Prix national des architectures en terre crue

Le Grand prix du premier Palmarès national des architectures en terre crue a été remis le 31 mai 2013 par Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, à l’architecte Boris Bouchet et à la commune de Marsac-en-Livradois pour l’Espace rural de services de proximité qui anime depuis 2012 le cœur du bourg : un centre médical en bois posé sur un commerce en pisé. Ensuite, onze trophées ont couronné quelques œuvres pionnières, mais surtout des réalisations récentes et des chantiers en cours, dont l’esthétique contemporaine renouvelle l’image vernaculaire souvent associée aux constructions en terre. Adobe, bauge, torchis, brique de terre comprimée et pisé, toutes les techniques sont représentées, en neuf comme en rénovation. Les lauréats sont répartis sur l’ensemble du territoire : Alsace, Auvergne, Bretagne, Corse, Ile-de-France, Midi-Pyrénées… et bien sûr Rhône-Alpes, où la construction en terre est valorisée depuis plus de 30 ans par le travail du laboratoire CRAterre de l’Ecole d’architecture de Grenoble (ENSAG).

L’architecture en terre crue, matériau bio-sourcé disponible sur toute la planète, a le vent en poupe. Renzo Piano, Norman Foster, Herzog & de Meuron, Wang Shu et autres stars de l’architecture mondiale redécouvrent ce matériau ancestral et de plus en plus de projets d’une grande qualité technique et esthétique émergent en France. Favoriser une rapide reconnaissance de ces bâtiments par la profession et le grand public exige de les faire connaître en mettant en valeur la compétence des architectes qui les ont conçus et des artisans qui les ont réalisés.

L’association AsTerre, le laboratoire CRAterre-ENSAG et le magazine EcologiK(EK), suivis par de nombreux partenaires, ont donc pris l’initiative de lancer le premier Prix national des architectures en terre crue pour mettre en exergue ces projets et valoriser tous les acteurs de la filière : les artisans, les entrepreneurs, les architectes ainsi que les maitres d’ouvrage qui ont fait le choix de la terre.
Pour ce premier palmarès, la période de construction était volontairement très large, de janvier 1980 aux chantiers en cours. La valorisation des architectures en terre unit ainsi pionniers d’hier et créateurs de demain. La commission technique – composée de Jean Dethier, Patrice Doat et Dominique Gauzin-Müller – a reçu 46 dossiers éligibles dont 12 lauréats ont émergé.

Le jury qui s’est tenu le 30 juin était présidé par Dominique Gauzin-Müller avec deux grands témoins étrangers : Anna Heringer et Martin Rauch. Les autres membres du jury représentaient tous les domaines liés à l’architecture et la construction, de l’artisanat à la recherche :

Pierre Carloti (CSTB)

Sylvie Wheeler (présidente d’AsTerre)

Michel-André Durand (Directeur des Grands Ateliers)

Gilbert Storti (CAPEB)

Jean Dethier (architecte, spécialiste des architectures en terre)

Thierry Joffroy (CRAterre)

Victor John Vial-Voiron (président de l’Ordre des architectes de Rhône-Alpes)

Emmanuel Caille (rédacteur en chef de la revue D’Architecture)

La remise des trophées a eu lieu le 31 mai 2013 aux Grands Ateliers de Villefontaine (38) dans le cadre du 12e Festival Grains d’Isère, qui associe professionnels et étudiants autour de l’expérimentation et de la transmission des connaissances sur la construction en terre.

Prix architectures de terre